Mémoire et démocratie en Occident Concurrence des mémoires ou concurrence victimaire

La société moderne a longtemps entretenu un rapport plus serein au passé qu’à l’avenir. Le récit du passé qui s’accumule dans les livres n’est-il pas cette chose inerte destinée à éclairer le présent ? Pourtant, litiges et controverses quant aux « vérités » que l’histoire prétend fonder ébranlent le...

Full description

Bibliographic Details
Main Author: Beauchemin, Jacques
Format: eBook
Published: Bern Peter Lang International Academic Publishing Group 2011
Series:Diversitas
Subjects:
Online Access:
Collection: Directory of Open Access Books - Collection details see MPG.ReNa
LEADER 02726nma a2200481 u 4500
001 EB001975739
003 EBX01000000000000001138641
005 00000000000000.0
007 cr|||||||||||||||||||||
008 210512 ||| fra
020 |a b17894 
100 1 |a Beauchemin, Jacques 
245 0 0 |a Mémoire et démocratie en Occident  |h Elektronische Ressource  |b Concurrence des mémoires ou concurrence victimaire 
260 |a Bern  |b Peter Lang International Academic Publishing Group  |c 2011 
300 |a 1 electronic resource (136 p.) 
653 |a La réécriture du roman national est-elle possible en France 
653 |a La mémoire cicatrise-t-elle 
653 |a History of the Americas / bicssc 
653 |a Early history: c 500 to c 1450/1500 / bicssc 
653 |a Le rapport à l'histoire dans la société des identités 
653 |a Sociology / bicssc 
653 |a Beauchemin 
653 |a Mémoire 
653 |a Concurrence 
653 |a démocratie 
653 |a Québec post-référendaire 
653 |a mémoires 
653 |a Political science & theory / bicssc 
653 |a Occident 
653 |a Guerre à finir ou coexistence pacifique 
653 |a victimaire 
653 |a Social & cultural history / bicssc 
700 1 |a Beauchemin, Jacques 
041 0 7 |a fra  |2 ISO 639-2 
989 |b DOAB  |a Directory of Open Access Books 
490 0 |a Diversitas 
500 |a Creative Commons (cc), https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0 
024 8 |a 10.3726/b17894 
856 4 0 |u https://directory.doabooks.org/handle/20.500.12854/27172  |3 Volltext 
082 0 |a 900 
082 0 |a 320 
082 0 |a 300 
520 |a La société moderne a longtemps entretenu un rapport plus serein au passé qu’à l’avenir. Le récit du passé qui s’accumule dans les livres n’est-il pas cette chose inerte destinée à éclairer le présent ? Pourtant, litiges et controverses quant aux « vérités » que l’histoire prétend fonder ébranlent les certitudes. L’une des conséquences de l’impuissance de l’histoire à asseoir ce qui serait une certaine vérité du passé, c’est d’attirer à elle ceux qui voudraient s’y inscrire rétroactivement en invoquant les injustices mémorielles dont ils auraient été victimes. Si l’histoire s’ouvre ainsi à tout venant, c’est que la société elle-même n’est plus certaine de son identité non plus que du parcours qui l’a conduite jusqu’à elle-même. Dans les sociétés contemporaines où s’achève cet éclatement de la référence collective, on observe ainsi l’encombrement des acteurs se précipitant au cœur de l’histoire espérant y inscrire la mémoire de leur propre parcours.